Le BEV, ou « Baise-En-Ville », est un très vieux modèle de sac français en cuir utilisé dans les années 30 pour transporter ses affaires lorsque l’on décidait de passer une nuit en ville.

Notre BEV a été remis au goût du jour avec un cuir de vachette pleine fleur provenant de la Toscane italienne. Ce cuir de haute qualité retanné végétal pour protéger l’environnement donnera à votre sac une belle patine, sans que celui-ci ne perde de sa qualité ou de sa couleur. 

Qu’est-ce que le cuir pleine fleur ? Un cuir de vachette fait environ 2cm d’épaisseur. La tannerie peut diviser cette peau en 4 parties, mais chacune de ces parties n’est pas de qualité équivalente. La fleur correspond à la partie supérieure de la peau : c’est à la fois la plus résistante et la plus belle couche du cuir. Le cuir pleine fleur est donc la partie supérieure de la peau qui n’a pas été poncée pour cacher les variations de couleurs ou les marques du cuir. Ces traces sont les signes de vie de la vachette, et ne sont donc pas selon moi de réelles imperfections, car elles ajoutent du caractère au sac. Mais le caractère du sac doit aussi venir de vous et de sa vie à vos côtés, c’est pourquoi nous l’avons conçu pour qu’il puisse prendre cette belle patine que seul le temps peut créer.

     

Nous avons ensuite cherché la quincaillerie qui vient de France, des sociétés Fisas et Tranchand. Elle a été conçue pour résister à une utilisation quotidienne pendant des années:

La doublure du sac est faite dans unes suédine de grande qualité, de la marque italienne Flukso, dont la couleur correspond à celle du sac. La poche intérieure elle vous permettra d’y glisser tous vos papiers (passeport, carte d’identité ...).

Comme vous avez dû le comprendre, nous avons cherché à sélectionner les meilleures matières pour créer pour vous des produits de haute qualité, qui vous accompagneront sur des dizaines d’années, et pourront être transmis à vos enfants et petits-enfants. Et cette qualité s’accompagne d’un point fondamental, qui fait notre différence et notre force, pour garantir l’authenticité et la durabilité de nos créations : tous nos produits sont réalisés à la main en France. En effet, nous travaillons uniquement avec des artisans expérimentés, qui ont acquis leur expérience dans les plus grandes maisons du luxe français. Ces artisans se regroupent dans des ateliers de 2 à 3 personnes, où y règne cette odeur caractéristique du cuir. Situé à Colombier-Saugnieu et Challes-les-Eaux, l’amour des matières, la passion et la minutie dans leur travail, et l’excitation face à de nouveaux projets sont des points fondamentaux qui les lient.

Nous allons vous introduire brièvement à cet art, dont nous sommes fiers, à travers certaines étapes de la confection d’un produit :

1. LA CONCEPTION

Avant toute chose, il vous faut savoir quel type d’objet vous souhaitez réaliser, et en dessiner un modèle pour vous le représenter dans l’espace. A partir de ce modèle, il vous faudra en indiquer les « cotes », c’est-à-dire les mesures de chaque partie de votre conception : hauteur, largeur, longueur, profondeur, degrés des courbes, etc. Ceci vous permettra de réaliser un patron du produit éclaté, partie par partie, intérieur et extérieur, pour la réalisation de « gabarits ». Un gabarit est un morceau de carton découpé à la forme de la partie de votre patron que vous souhaitez découper, dans le cuir préalablement choisi (nous décrivons le nôtre plus haut), ou dans tout autre textile.

2. LA DECOUPE

Après avoir marqué l’envers de votre cuir, munissez-vous d’une règle épaisse et d’un cutter très tranchant (attention !). Découpez sur les lignes que vous avez dessinées sur le cuir pour obtenir les différentes parties de votre conception, prêtes à être assemblées. 

3. L'ASSEMBLAGE

Une fois toutes les parties prêtes à être montées, on va « encoller » certaines parties pour qu’elles ne bougent pas au montage : un bord de doublure, les différentes parties d’une poignée, un rabat, et toujours à partir d’une colle d’origine naturelle. Si le cuir est trop épais, on va le « refendre » : ce processus permet d’affiner le cuir (on considère son épaisseur avec un indicateur qu’on appelle sa « force » et qui est exprimée en mm : un cuir peut aller de 0,1mm à 30mm pour un cuir végétal par exemple) ou si son épaisseur globale convient mais que l’on veut faciliter le montage, on va pouvoir le « parer » : c’est-à-dire affiner le cuir mais sur des bandes de 2cm maximum, opération qui ne peut être réalisée que sur les bords pour obtenir des côtés plus fins et élégants après être montés ensemble

Enfin, à la main en point sellier, ou en couture à la machine à coudre, il est temps de monter votre création. Le plus difficile est de gérer son fil pour ne pas en manquer et devoir reprendre son point, et de fermer proprement à la fin du côté monté. Attention aux angles, plus ils sont droit, plus il est évidemment difficile de piquer, le secret c’est de faire des « pinces italiennes ».

Ils existent différentes façons de monter un accessoire, comme les bords francs, à cheval, passepoilé, remplié, brûlé, retourné, rembordé etc...  Sur nos créations, nous faisons des bords francs, suivi d’une finition très haut-de-gamme.

4. LA FINITION

Pour avoir des « tranches » (bords de l’article une fois montés ensemble) les plus belles possibles, nous avons opté pour une finition teintée-filetée suivi d’une couche fixatrice à la cire d’abeille naturelle et d’un « astiquage ».

Lorsque vos deux côtés sont montés, les bords ne sont pas forcément « propres », c’est-à-dire qu’il peut y avoir une « peluche », des petits excédents de cuir qui ne le rendent pas forcément lisse. Pour avoir une tranche propre, il faut la brûler, avec un fer chaud (outil professionnel) ou un briquet pour les moins équipés. Une fois brûlée (pas noire ! simplement pour enlever les peluches), la tranche va être teintée avec une « teintranche », teinture à base d’agents fixateurs colorés naturels. Après une première couche, il faudra poncer la tranche par arrondis pour lisser et préparer la seconde couche. Ce processus peut être répété plusieurs fois, plus il y aura de couches, moins l’on verra la ligne de séparation entre les deux parties de cuir qui ont été précédemment piquées.

Ensuite vient la phase de « filetage », une opération coûteuse en termes de temps qui apporte de l’élégance supplémentaire à votre création en produisant un « filet » (ligne de marquage) le long des bords. Cette opération est réalisée à partir d’un « fer à fileter » (photos ci-dessous), vissé à un « manche maroquinier » en liège, et chauffé électriquement. A l’époque, cet outil était fait d’un manche en bois, et se chauffait au gaz sur une flamme, ce qui rendait complexe l’obtention de la bonne température du fer pour avoir un beau filet sans brûler le cuir.   

   

Cette opération étant coûteuse car longue et minutieuse, elle est en général réservée aux grandes marques du luxe. Vous serez attentifs la prochaine fois que vous voyez un accessoire du luxe ! Nous avons fait le choix de cantonner cette opération aux pattes de fermetures que vous voyez sur les fermoirs « tucks », car cela se voit particulièrement plus que sur tous les bords, et apporte un vrai plus esthétique.

 

Une fois vos tranches teintées et filetées, il vous faut encore les lisser, avec un « fer à lisser » (pointe métallique au centre de la photo). Une fois chauffé, ce fer vous permettra, par petits arrondis de l’extérieur vers l’intérieur, de ramener l’excès de teinture, puis de lisser la tranche pour faire disparaître la ligne qui apparaissait auparavant entre les deux cuirs piqués en bords francs. Enfin et avec ce même fer, vous pourrez déposer de la cire d’abeille solide que vous faites fondre en y enfonçant le fer chaud, opération qui fixera la teinture et rendra la tranche brillante.

 

La dernière étape, c’est « l’astiquage », en prenant un chiffon doux non pelucheux, vous frotterez les tranches pour bien faire pénétrer la cire d’abeille et les faire briller !

Eh oui, fabriquer un sac de façon artisanale avec beaucoup d’amour c’est long, les erreurs peuvent survenir à chaque instant, et c’est ce qui fait l’authenticité et la beauté de nos créations. Ce sont ces valeurs que nous souhaitons partager avec vous, et sommes ravis d’avoir partagé ces connaissances artisanales avec vous !